Comment pallier au manque d’eau
potable au Burkina Faso?

Le Burkina Faso est confronté à plusieurs défis liés à l’eau, contribuant à une situation complexe. Pallier au manque d’eau potable au Burkina Faso nécessite une approche multidimensionnelle impliquant des solutions à court terme et des initiatives durables. Les associations humanitaires et les ONG jouent un rôle important dans la résolution des problèmes liés à l’eau potable et à d’autres enjeux humanitaires tels que l’insécurité alimentaire, la santé, l’éducation, etc.

Pourquoi une pénurie d’eau potable au Burkina Faso ?

La pénurie d’eau potable au Burkina Faso découle de la conjonction de plusieurs facteurs qui affectent la disponibilité, l’accessibilité et la qualité de l’eau. Selon les données de l’UNICEF, en 2022, seuls 67 % de la population du Burkina Faso avait accès à une source d’eau améliorée (une source d’eau qui a été modifiée de manière à en améliorer la qualité et la sécurité pour la consommation humaine : puits protégés, bornes fontaines, etc.), et seulement 52 % avait accès à une source d’eau potable sûre (répond aux normes de qualité nécessaires pour être consommée sans risque pour la santé).Pour comprendre plus en détail, examinons ces facteurs de manière approfondie :

  • Climat aride et semi-aride : le Burkina Faso est confronté à un climat aride et semi-aride, caractérisé par des précipitations irrégulières et souvent insuffisantes. Cette condition climatique entraîne une disponibilité limitée des ressources en eau, ce qui aggrave la situation, en particulier dans les régions déjà touchées par la sécheresse. En effet, les précipitations annuelles moyennes au Burkina Faso sont de 700 mm, mais elles varient considérablement d’une année à l’autre. Les sécheresses sont fréquentes et peuvent durer plusieurs années. Ces sécheresses entraînent une baisse des niveaux des eaux souterraines, ce qui rend l’eau plus difficile à trouver et à exploiter.
  •  Croissance démographique rapide : la population du Burkina Faso a connu une croissance rapide au cours des dernières décennies. Cette augmentation démographique entraîne une demande croissante en eau potable pour les besoins quotidiens des ménages, des entreprises et de l’agriculture. Les infrastructures existantes peuvent ne pas être en mesure de répondre efficacement à cette demande croissante.
  •  Infrastructure inadéquate : les systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement au Burkina Faso sont insuffisamment développés et mal entretenus. Les infrastructures vieillissantes ou défectueuses peuvent entraîner des fuites d’eau, des pertes dans la distribution, et des difficultés pour acheminer l’eau potable aux communautés qui en ont besoin.
  • Variabilité climatique et changement climatique : les variations climatiques, y compris des périodes de sécheresse plus fréquentes ou plus graves, peuvent affecter la disponibilité de l’eau. Le changement climatique contribue également à l’aggravation des conditions météorologiques extrêmes, impactant la recharge des ressources en eau.
  • Gestion des ressources en eau : une gestion inadéquate des ressources en eau, y compris la surexploitation des sources d’eau, l’absence de protection des bassins versants, et la contamination des réserves d’eau, peut contribuer à la diminution de la disponibilité d’eau potable de qualité.
  •  Pauvreté et accès limité : les populations les plus pauvres peuvent éprouver des difficultés financières pour accéder à des sources d’eau potable sûres. Les coûts associés à l’achat d’eau embouteillée ou à la construction d’infrastructures d’approvisionnement en eau peuvent rendre l’accès difficile pour ceux qui sont le plus défavorisés.

La combinaison de ces facteurs crée une situation complexe et multifactorielle, nécessitant une approche holistique pour résoudre la pénurie d’eau potable au Burkina Faso. Des solutions durables devraient inclure des mesures pour améliorer la gestion des ressources en eau, renforcer les infrastructures, promouvoir l’efficacité de l’utilisation de l’eau et mettre en place des programmes d’aide continu via les associations et autres.

La situation de l’accès à l’eau potable et des installations d’assainissement

Dans les villages et les zones rurales du Burkina Faso, l’accès à l’eau potable demeure un défi considérable. Les communautés dépendent souvent de puits, de sources naturelles ou de forages pour s’approvisionner en eau, mais ces sources peuvent être éloignées, obligeant les habitants à parcourir plusieurs kilomètres quotidiennement pour obtenir de l’eau. Cette collecte d’eau représente une tâche fastidieuse, généralement confiée aux femmes et aux enfants.

Bien que l’utilisation d’eau provenant de barrages, de rivières, de cours d’eau ou de lacs subsiste à un niveau relativement élevée à l’échelle nationale (1,7% en 2014), cette proportion a significativement diminué ces dernières années (6,3% en 2009). De même, la consommation d’eau issue de puits en tant qu’eau potable reste significative (16,4% en 2014). Notons que la majorité des foyers burkinabè (44,0%) préfèrent l’eau de forage comme principale source d’eau potable.

L’accès à l’eau potable est étroitement lié au degré d’urbanisation. Dans les différentes régions, la région du Centre, principalement concentrée à Ouagadougou, affiche la proportion la plus élevée de ménages avec accès à l’eau potable (96,6%), tandis que la région de la Boucle du Mouhoun présente la proportion la plus basse (57,4%). Dans l’ensemble, plus de la moitié des ménages dans toutes les régions du Burkina Faso ont accès à l’eau potable, soulignant l’impact significatif de l’urbanisation comme étant un facteur déterminant de l’accès à l’eau potable.

Ainsi, la vie quotidienne des Burkinabè est profondément influencée par ces défis liés à l’eau, avec des répercussions majeures sur la sécurité alimentaire, la qualité de vie, la santé et les risques de maladies hydriques graves, telles que la dysenterie, le choléra, la typhoïde, l’hépatite A, le ver solitaire, la shigellose, etc.

Ce que Projet Alyatim essaye d’améliorer​

Pour surmonter les défis complexes et urgents liés à l’accès à l’eau potable au Burkina Faso, notre association s’engage à mettre en œuvre des solutions concrètes, même si elles peuvent sembler modestes à première vue, mais qui ont un impact significatif. Cette approche axée sur l’action repose sur la conviction que des changements positifs peuvent découler d’initiatives locales et ciblées. Voici comment nous abordons la question :

  • Construction de nouveaux forages : il est crucial d’investir dans la construction de nouveaux forages pour exploiter les ressources en eau souterraine et fournir un accès plus fiable à l’eau potable. Nous avons mis en place plusieurs projets de forages pour exploiter les ressources en eau souterraine et fournir un accès localisé à de l’eau potable. Ces initiatives impliquent souvent les membres de la communauté dès le début, garantissant ainsi une participation active et un sentiment de responsabilité envers les installations nouvellement créées.
  • Creusage de puits traditionnels : c’est une méthode ancestrale, mais qui demeure une solution pragmatique et adaptée aux réalités locales pour accéder à l’eau souterraine.
  • Réhabilitation des infrastructures existantes : la maintenance et la réhabilitation des infrastructures existantes, plus particulièrement les forages, sont essentielles pour garantir leur durabilité et leur efficacité à long terme.

Au cœur de notre action pour l’accès à l’eau potable au Burkina Faso se trouvent des projets qui, bien que modestes en taille, portent en eux un potentiel transformateur. Ces initiatives, souvent initiées au niveau local, incarnent notre engagement envers des changements durables et une amélioration significative de l’accès à l’eau dans les communautés les plus vulnérables.

L’impact de ces projets, bien que discret à première vue, est amplifié par l’effet cumulatif de nos multiples interventions. Chaque puits creusé, chaque programme de sensibilisation à l’hygiène, et chaque effort visant à promouvoir des pratiques d’utilisation durable de l’eau contribuent à renforcer la résilience des communautés face aux défis persistants liés à l’eau.
Notre objectif est clair : créer des changements durables qui perdurent au fil du temps. En investissant dans des solutions concrètes et adaptées au contexte local, nous nous positionnons comme un catalyseur du changement, œuvrant pour un accès équitable et durable à l’eau potable.

Cependant, nous ne sommes pas seuls dans cette mission cruciale. La collaboration avec d’autres associations est une pierre angulaire de notre approche. Ensemble, nous formons un réseau d’acteurs engagés dans la résolution des défis complexes liés à l’eau. La synergie de nos compétences, de nos ressources et de nos perspectives enrichit nos interventions et maximise notre impact.

Toute l’équipe de Projet Alyatim tient à exprimer sa profonde gratitude envers ceux qui continuent à soutenir l’association. Grâce à votre générosité, nous sommes en mesure de concrétiser nos projets et d’étendre notre action. Chaque don contribue à l’amélioration de la vie de communautés entières en offrant un accès vital à l’eau potable.

Nous vous invitons à persévérer dans votre soutien, car c’est grâce à cette collaboration continue que nous pouvons aspirer à des résultats à long terme. Chaque geste compte, chaque contribution compte, et ensemble, nous créons un impact significatif sur la vie de ceux qui sont le plus dans le besoin. Merci de vous joindre à nous dans cette noble cause.


Don libre

C’est grâce à votre soutien que nous continuons à aider les plus vulnérables, au Maroc, Burkina Faso, Cambodge et Sri Lanka. Il est également possible de faire un virement sur notre compte : BE96-0689-3320-5705 .

Veuillez sélectionner le montant de votre choix.
Participez à la hauteur de vos moyens.

 

ZAKÂT AL MAAL

Valeur des récoltes, bétail, avoirs, biens, fortunes, revenus et autres. Il est également possible de faire un virement sur notre compte : BE96-0689-3320-5705 / BIC : GKCCBEBB

Année lunaire : taux d’imposition égal à 2.5%
Année solaire : taux d’imposition égal à 2.579%
Le Nissâb (seuil minimum) est aux alentours de 4350€ (~85g d’or).