Investir dans l'éducation au
Maroc, une priorité absolue

Puissant facteur de changement, l’éducation est un droit humain et un outil crucial pour faire des enfants et des jeunes de futurs citoyens actifs. C’est également un élément clé de l’élaboration de tout un programme de développement humain et un facteur majeur de la réduction de la pauvreté.

Le Maroc est un pays qui consacre plus de 25 % de son budget à l’éducation, mais la fragilité du secteur persiste malgré toutes les réformes entreprises. Les faibles performances du secteur éducatif marocain ont été soulignées dans différents rapports de l’UNESCO et du Conseil Supérieur de l’Enseignement.

Nous devons plus que jamais les aider !

Projet Alyatim est une association humanitaire qui soutient les veuves et les orphelins du Maroc en répondant à leurs besoins éducatifs, sociaux et humanitaires. Nos projets en matière d’éducation contribuent à la généralisation et à l’amélioration des conditions d’accès à l’enseignement des enfants les plus démunis.

Avant de parler de tout cela et de l’action pour la rentrée 2022 de Projet Alyatim, découvrons quelles sont les réalités sur l’état actuel de l’enseignement au Maroc et comment se porte le secteur dans ce pays.

Analyse brève de l’éducation au Maroc

Conscient que l’éducation est l’un des investissements les plus importants qu’un pays puisse faire pour son avenir, le Maroc a entrepris d’importants efforts pour généraliser l’accès à l’école. Mais la crise du coronavirus menace aujourd’hui de fragiliser les avancées du gouvernement en matière d’éducation. Les mesures de confinement entrainant la fermeture des établissements scolaires et les difficultés économiques ont conduit pour beaucoup d’enfants à la fin brutale de leur éducation.

Une analyse des données du secteur de l’éducation du pays a démontré d’importantes disparités entre régions, provinces et communes du pays. Ces inégalités touchent essentiellement les enfants en milieu rural et particulièrement ceux qui sont en situation de vulnérabilité comme les orphelins. Le taux de décrochage y reste très élevé avec près de 72 % des élèves qui quittent le système d’enseignement sans obtention d’aucune qualification.

Il faut savoir également qu’au Maroc, près d’un enfant sur deux abandonne l’école avant d’arriver au lycée, le plus souvent pour des raisons économiques. L’école publique est certes gratuite, mais les veuves déjà en difficulté financière doivent pouvoir prendre en charge les fournitures scolaires, les tabliers d’écolier et tous les frais d’inscription qui vont avec. Beaucoup d’enfants se retrouvent donc victimes de décrochage scolaire à cause du manque de moyens de leur famille. Or, pour ces enfants déjà très vulnérables, avoir accès à l’éducation est primordial pour envisager un meilleur avenir.

L’importance d’investir dans l’éducation au Maroc

Les raisons d’investir dans l’éducation au Maroc sont nombreuses, mais pour n’en citer que quelques-unes, on retient que l’accès à l’enseignement permet de :

  • Renforcer la confiance en soi et envers les autres ;
  • Lutter contre la pauvreté ;
  • Favoriser un mode de vie sain ;
  • Faciliter la prise de décision et de développer l’esprit critique ;
  • Contribuer au développement des compétences personnelles ;
  • Développer des connaissances professionnelles ;
  • Aspirer à un meilleur avenir

L’éducation de cette jeunesse qui a soif d’insertion et d’émancipation est indispensable à l’essor du pays.

Nous sommes donc convaincus qu’offrir aux enfants, issus d’un milieu défavorisé, un environnement de travail sain et propice à l’apprentissage est la clé d’une scolarité durable.

Mais encore faut-il avoir les équipements adéquats…

Comment Projet Alyatim soutient les enfants orphelins du Maroc ?

Pour accéder à l’enseignement, un rien est parfois suffisant. Ce rien consiste tout simplement à posséder de quoi écrire, chose que beaucoup d’orphelins au Maroc n’ont pas la chance d’avoir. Les veuves n’ont la plupart du temps pas les ressources nécessaires pour payer les fournitures scolaires obligatoires. Les enfants se retrouvent donc pénalisés, car leur inscription dépend largement de la possibilité des familles d’acheter le nécessaire.

Cette situation est plus que jamais d’actualité, la situation de plusieurs familles, déjà précaire, s’est fortement détériorée en raison du contexte de pandémie mondiale.

A partir de ce constant et dans le cadre de son soutien à l’éducation, Projet Alyatim lance tous les ans, à la rentrée, l’action « Kit Scolaire » qui se concentre sur la fourniture de matériel au bénéfice d’orphelins du Maroc aux conditions de vie très précaires.

Notre action « Kit Scolaire » de la rentrée 2022 consiste à récolter des fonds, afin de doter chaque orphelin du matériel pédagogique de base : cartable, trousse, stylos et livres le tout adapté au niveau d’enseignement de chaque petit écolier. Mais ce n’est pas tout, si le projet pilote est la fourniture de kit scolaire, nous prenons également en charge les frais d’inscription et les frais scolaires lorsque vos dons et nos moyens nous l’accordent.

Votre contribution financière permettra à ces enfants d’avoir accès à des outils nécessaires pour bien démarrer l’année scolaire et rejoindre les bancs de l’école.

Les enfants bénéficiaires choisis seront identifiés par nos équipes qui s’assureront que ceux qui recevront les dons sont réellement ceux qui doivent en bénéficier.

Un kit scolaire de qualité pour nos orphelins du Maroc coûte 45 Euros. Vous pouvez les aider et contribuer à l’achat d’un ou plusieurs kits :

https://projetalyatim.be/product/kits-scolaires/

Don libre

C’est grâce à votre soutien que nous continuons à aider les plus vulnérables, au Maroc, Burkina Faso, Cambodge et Sri Lanka. Il est également possible de faire un virement sur notre compte : BE96-0689-3320-5705 .

Veuillez sélectionner le montant de votre choix.
Participez à la hauteur de vos moyens.

 

ZAKÂT AL MAAL

Valeur des récoltes, bétail, avoirs, biens, fortunes, revenus et autres. Il est également possible de faire un virement sur notre compte : BE96-0689-3320-5705 / BIC : GKCCBEBB

Année lunaire : taux d’imposition égal à 2.5%
Année solaire : taux d’imposition égal à 2.579%
Le Nissâb (seuil minimum) est aux alentours de 4350€ (~85g d’or).